Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • Le blog de lesplaisirsdemimi.over-blog.com
  • : Plaisirs de la vie, de l'esprit, moments forts ou joies simples qui donnent du prix à l'instant ou qui se gravent dans le temps.
  • Contact

Recherche

Archives

21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 15:10

     Pour fêter le printemps revenu, voici un poème du début d'ALCOOLS, le célèbre recueil de Guillaume Apollinaire. Le poète l'a placé entre La Chanson du Mal-Aimé et Beaucoup de ces dieux ont péri comme un pied de nez  à la mélancolie dévorante.

     J'aime ce poème espiègle, léger et heureux, où se mêlent inspiration  panique et pastorale  L'évocation au présent  ressuscite un temps révolu et inoubliable , celui de l'insouciance et de l'espoir.
 
 ( ¤Laetare: "Réjouissez-vous! " Premier mot du chant d'entrée de la liturgie au 4 ème dimanche de carême, et par extension, nom donné à ce dimanche.
    Nous sommes donc, à quelques heures près, en ce temps de Laetare. )


        AUBADE  CHANTÉE Á LAETARE  UN AN PASSÉ

   C'est le printemps viens-t-en Pâquette         731px-Henri_Rousseau_-_Meadowland.jpg
   Te promener au bois joli
   Les poules dans la cour caquètent
   L'aube au ciel fait de roses plis
   L'amour chemine à ta conquête

   Mars et Vénus sont revenus
   Ils s'embrassent à bouches folles
   Devant des sites ingénus
   Où sous les roses qui feuillolent
   De beaux dieux roses dansent nus
 
   Viens ma tendresse est la régente
   De la floraison qui paraît
   La nature est belle et touchante                             
   Pan sifflote dans la forêt
   Les grenouilles humides chantent.

 Guillaume Apollinaire (1880-1918)
   
  Alcools -1913

Partager cet article

Repost 0
Published by Mimi des Plaisirs - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Cochonfucius 30/05/2013 10:52


C’est un printemps d'humeur frisquette,
Mets donc ton lainage joli,
Prends ton écharpe et ta casquette,
Il pleut, ça ne fait pas un pli,
Nos pieds vont tacher la moquette.


Les escargots sont revenus
Ils dévorent à bouches folles,
Braves mollusques ingénus,
Allant, de leur démarche molle,
Vers des ombrages inconnus.


Viens, cette averse est la régente
De la flaque d'eau qui paraît ;
La froidure est belle et touchante,
Car il flotte dans la forêt
Pour les grenouilles ruisselantes.


 

Mimi des Plaisirs 10/06/2013 18:01



Une belle surprise que ce poème léger et subtilement appolinarien. Merci de ce cadeau!
Je suis allée sur votre blog : que de créations !


 Mais pourquoi choisir d'écrire  uniquement des sonnets? vous aimez les contraintes poétiques?
 Cordialement. Mimi;



michele 28/03/2013 11:11


Merci pour ce très beau texte d'Appolinaire.


A très bientôt.

Mimi des Plaisirs 06/04/2013 15:13



Bonjour Michele et merci pour cet amical passage et partage en poésie.
Excusez-moi pour le retard à vous répondre .
J'espère à d'autres fois!



Catherine 26/03/2013 22:30


Bonjour Mimi, joli poème ; demain un article sur Apollinaire aussi chez moi mais complètement différent de ce poème. Bonne soirée et à bientôt.

Mimi des Plaisirs 06/04/2013 15:20



Effectivement, j'ai vu ça!  Comme quoi, c'est la preuve que personne ne peut être enfermé dans une catégorie. Mais je préfère la veine d'"Alcools"
 Mais tu sais, pour beaucoup, Apollinaire, c'est seulement l'écrivain scandaleux, celui dont on se passe les textes en douce, à l'adolescence, ou même plus tard!..



Etienne 22/03/2013 09:04


Chère Mimi,


J'aime vos publications qui nous font découvrir des poèmes oubliés ou auxquels on n'avait pas beaucoup d'attention, lors de notre lecture. Ainsi, cette "aubade", passée inape çue: j'ai été saisi
par sa musicalité doublement annoncée dans le titre et l'octosyllabe sautillant m'a rappelé toutes ce chansons populaires, de la reverdie au chanson d'un Hugues Aufray, qui sont ancrées dans
notre imaginaire, ces paroles naïves qui sont ancrées dans notre imaginaire, du"bois joli" aux "roses",avec un mélange curieux de mythologie, de bestiaire enfantin ( les poules ,les grenouilles
humides").


Et quel plaisir des mots rares ou inventés,  d'images-poncifs renouvelées (v.4) et que de malice à associer par la rime Pâquette ( au nom de vache?) aux poules qui caquettent,ou la flûte de
Pan qui " sifflote" ou à  reprendre l'éculé "aurore aux doigts de rose" dans le prosaïque "fait des plis" !


C'est vraiment un moment de bonheur à la Reverdy du "Pour le moment".


Merci, Mimi, et à jeudi ou un autre jour... Amitiés, Etienne.

Mimi des Plaisirs 06/04/2013 17:04



Bien contente de vous avoir surpris avec ce poème et d'avoir initié un peu la reverdie printanière!
 Vous n'avez pas tort dans vos analyses et réactions! Je partage!
 Amicalement à vous.



tipanda 21/03/2013 21:21


Amusant, ce ton naïf chez un poète capable des écrits érotiques les plus osés.

Mimi des Plaisirs 06/04/2013 17:05



Exemple de la complexité des aspirations chez l'être humain!